saluer

saluer

saluer [ salɥe ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1080; lat. salutare « souhaiter la santé, la prospérité (le salut) »
1Adresser, donner une marque extérieure de reconnaissance et de civilité, de respect, à (qqn). salut. Saluer qqn en se découvrant, en s'inclinant. Saluer un ami, une femme. Saluer qqn de la voix, d'un geste. « Quand il fut salué par quelque journaliste ou par quelqu'un de ses anciens camarades, il répondit d'abord par une inclination de la tête » (Balzac). Pronom. (récipr.) Ils se sont salués amicalement. Spécialt Acteur qui salue le public, qui revient en scène pour saluer, après un rappel. — Je vous salue, Marie... : début d'une prière à la Vierge. ⇒ salutation (angélique).Subst. Dire deux « Je vous salue, Marie » ave Maria .
Faire ses compliments, ses civilités à (qqn) par lettre. J'ai bien l'honneur de vous saluer : formule assez sèche pour conclure une lettre, un entretien.
2Manifester du respect, de la vénération à (qqch.) par des gestes, des pratiques réglés (cf. Rendre hommage). Saluer le drapeau. Le prêtre salue le saint sacrement d'une génuflexion.
3Fig. Accueillir par des manifestations extérieures. Saluer un acteur, une chanteuse par des applaudissements, des sifflets. « Une telle clameur saluait leur apparition qu'ils en demeuraient suffoqués » (Courteline).
4Fig. Saluer qqn comme..., saluer en lui... : honorer, proclamer (qqn) en lui reconnaissant un titre d'estime, de respect, de gloire. Être salué comme un précurseur. La foule qui l'acclamait saluait en lui le libérateur.

saluer verbe transitif (latin salutare, de salus, -utis, salut) Donner à quelqu'un une marque extérieure de civilité, de respect, quand on se trouve en sa présence ou quand on le quitte : Saluer un ami d'un geste de la main. Adresser à quelqu'un ses compliments à la fin d'une lettre ou lui transmettre le salut d'une autre : J'ai l'honneur de vous saluer. Honorer quelqu'un, quelque chose du salut militaire ou d'une des marques de respect prévues. Accueillir quelqu'un, un événement de telle ou telle façon, par des manifestations d'approbation ou d'hostilité : Des protestations ont salué l'annonce de ces résultats. Rendre hommage à une action, à une qualité de quelqu'un, en reconnaissant leur valeur, en soulignant les sentiments de respect et d'admiration qu'elles inspirent : Saluer le courage des sauveteurs. Reconnaître quelqu'un en tant que tel, célébrer, exalter en lui tel aspect de sa personnalité jugé méritoire : On le salua comme le chef de file de la nouvelle école.saluer (expressions) verbe transitif (latin salutare, de salus, -utis, salut) Saluer la mémoire de quelqu'un, rappeler les titres d'un disparu à l'estime, à l'admiration d'autrui.

saluer
v. tr.
d1./d Donner une marque extérieure de civilité, de respect, à (qqn que l'on rencontre, que l'on aborde ou que l'on quitte).
|| Ne manquez pas de saluer votre mère pour moi, de lui présenter mes hommages.
Absol. Comédien qui salue à la fin d'une représentation.
d2./d Rendre hommage à (qqch) par des marques extérieures réglées par l'usage. Saluer le drapeau.
d3./d Accueillir par des manifestations (de joie, de mépris, etc.). Saluer l'arrivée d'une personne par des applaudissements.
d4./d Fig. Saluer qqn comme..., lui rendre hommage en reconnaissant en lui (une personne estimable, glorieuse, etc.). Saluer qqn comme un bienfaiteur.

⇒SALUER, verbe trans.
A. — 1. Honorer quelqu'un que l'on aborde, que l'on rencontre ou que l'on quitte d'une marque de déférence, de civilité, de respect. Avec quelle hauteur il me regardait hier soir au café Tortoni, en affectant de ne pas me reconnaître! Avec quel air méchant il me salua ensuite, quand il ne put plus s'en dispenser! (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 339). Si quelqu'un mourait sur son chemin, il le saluait profondément, disant pardon à la mort quand elle le bousculait (GIRAUDOUX, Siegfried et Lim., 1922, p. 156).
Empl. abs. Saluer de droite, de gauche; saluer d'un air mondain, à la ronde; saluer négligemment, avec grâce, avec politesse. Ils chantaient la Marseillaise, gravement, bien en mesure. La foule, sur leur passage, saluait en silence, chapeaux bas (DUHAMEL, Combat ombres, 1939, p. 294).
Empl. pronom. réciproque. En Orient, quand on n'a rien à se dire, on fume du tabac de rose ensemble, et de temps en temps on se salue les bras croisés sur la poitrine pour se donner un témoignage d'amitié (STAËL, Allemagne, t. 1, 1810, p. 158).
SYNT. Saluer qqn avec cérémonie, courtoisie, respect; saluer qqn de la casquette, de la main, de la tête, des yeux, par une révérence; saluer à l'orientale; saluer l'assistance, la compagnie; saluer qqn de tout son cœur; ne saluer personne.
a) En partic.
Saluer le public. Revenir sur scène à la fin du spectacle et s'incliner devant le public. De nombreux amis dans la salle firent une sorte de succès au conférencier, qui revint trois fois saluer le public (GIDE, Journal, 1908, p. 263). Empl. abs. Ils hurlent. Le rideau quatre fois se rouvre. Quelle chose diabolique, le talent! Dans sa robe de soie roulée autour d'elle, beige, Réjane salue une main encore sur le piano où s'est tue la Marseillaise (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 215).
Vieilli. J'ai (bien) l'honneur de vous, te saluer; je vous, te salue... [Formule prononcée pour prendre congé, ou utilisée pour terminer une lettre] Le magistrat (...) feignit de ne pas voir la main que le commissaire lui tendait à son tour. — Je vous salue, monsieur le juge (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 124):
Si ce billet est dans vos mains et que vous puissiez attendre mon arrivée qui aura lieu jeudi ou vendredi prochain, cela m'accommoderait mieux. Mais si vous ne pouvez attendre, M. Bidaut vous soldera. J'ai l'honneur de vous saluer, monsieur, de tout mon cœur.
COURIER, Lettres Fr. et Ital., 1825, p. 927.
b) Spécialement
ART MILIT. Manifester du respect en faisant notamment le salut militaire. Saluer un officier; saluer du drapeau, de l'épée. La danseuse se leva subitement, se mit au port d'armes, et porta le revers de sa main droite à son front, comme un soldat qui salue son général (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p. 199).
MAR. Saluer la terre. [Le suj. est un navire de guerre] Tirer vingt et un coups de canon en plaçant le pavillon de la nation à honorer en tête du mât (d'apr. MERRIEN 1958). La rade était couverte de navires qui saluaient la terre en s'éloignant (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 577). Saluer du pavillon. Hisser à mi-drisse le pavillon national, puis le renvoyer à bloc trois fois (d'apr. MERRIEN 1958). Le Saint-Sacrement, suivi d'une procession lente de femmes et de mères, de fiancées et de sœurs, faisait le tour du port, où tous les navires islandais, qui s'étaient pavoisés, saluaient du pavillon au passage (LOTI, Pêch. Isl., 1886, p. 19).
RELIG. CATH. Je vous salue, Marie. Début de la salutation angélique; p. méton., empl. subst., cette prière. Je fais ma prière tous les matins et tous les soirs, mon Notre Père et mon Je vous salue Marie, pour commencer et pour finir ma journée (PÉGUY, Myst. charité, 1910, p. 12).
2. P. ext.
a) (Aller) saluer qqn; saluer qqn de la part de qqn d'autre. Honorer quelqu'un d'une attention particulière en se déplaçant, en lui rendant une visite de politesse. Un aide de camp est venu me dire d'aller saluer sa majesté, à l'ordre de qui je me suis naturellement empressé de déférer (PROUST, Swann, 1913, p. 459). M. Bouvet, chef de cabinet, monte à bord pour nous saluer de la part du gouverneur qui nous attend à déjeuner (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 714).
En partic. [Dans une lettre] Transmettre ses civilités à quelqu'un par l'intermédiaire de quelqu'un d'autre. Aime-moi, et ne pense pas trop à moi. Salue tous nos amis. Je suis trop fatigué pour leur donner de mes nouvelles (MICHELET, Journal, 1830, p. 720).
b) Rendre hommage. Saluer l'autel; saluer le Saint-Sacrement d'une génuflexion; saluer la patrie, un cercueil. La victoire est coûteuse. Je salue les jeunes lorrains morts pour la France et pour la civilisation (BARRÈS, Cahiers, t. 1, 1917, p. 255).
B. — Au fig.
1. Saluer qqc. par qqc. Accueillir un événement par des manifestations extérieures favorables ou hostiles. Saluer par des applaudissements, des cris, des sifflets. J'avais l'impression de subir une fatalité, plutôt que d'aller librement vers le bonheur. Je saluai mon vingtième anniversaire par un couplet mélancolique. « Je n'irai pas en Océanie... » (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 261).
2. Saluer qqc. Accueillir favorablement quelque chose. Saluer qqc. avec joie, avec satisfaction; saluer le lever du jour. Tu sais que le soir de la Saint-Sylvestre, nous dînons toujours en famille. C'est une tradition. Peut-être un jour futur passeras-tu cette fête avec nous. On soupe. On attend le coup de minuit pour saluer l'année nouvelle, on s'embrasse et chacun va se coucher (DUHAMEL, Terre promise, 1934, p. 234).
3. Saluer en qqn1 qqn2 (défini par une qualité). Honorer quelqu'un en lui reconnaissant un titre au respect, à la gloire, à l'admiration. Saluer en lui le libérateur. La citoyenne Rochemaure répondit qu'elle serait heureuse de saluer en Marat un citoyen illustre, qui avait rendu de grands services au pays (FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p. 91).
Être salué de (+ un titre). En Bavière, j'avais été salué de monseigneur et d'excellence; un officier bavarois à Waldmünchen disait hautement dans l'auberge, que mon nom n'avait pas besoin du visa d'un ambassadeur d'Autriche (CHATEAUBR., Mém., t. 4, 1848, p. 197).
Être salué comme (+ subst.). Le roi lépreux fit dans la forteresse une entrée triomphale, salué comme un sauveur par la foule des assiégés (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 230).
Prononc. et Orth.: [], (il) salue [saly]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin Xe s. saluder cum « honorer du titre de » (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 251); 2. ca 1100 « honorer quelqu'un d'une marque extérieure de respect » (Roland, éd. J. Bédier, 121); 1540 se saluer « se faire mutuellement des salutations » (NICOLAS HERBERAY DES ESSARS, Premier livre d'Amadis de Gaule, éd. H. Vaganay, 37); 3. ca 1175 « envoyer ses salutations par l'intermédiaire de quelqu'un » (Chronique Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 3847); 4. 1538 « complimenter par lettre » (EST.); 5. 1547 « en s'adressant à des objets inanimés » (N. DU FAIL, Propos rustiques, éd. J. Assézat, p. 129); 1839 saluer qqc. par « accueillir un événement par des manifestations d'approbation » (BALZAC, Béatrix, p. 217); 6. 1609 « honorer du salut militaire » (P. PREVOST DE BEAULIEU-PERSAC, Mémoires, p. 31); 1694 saluer la mer (Ac.); 1831 fig. saluer un grain (WILL.); 1832 saluer des voiles, du drapeau, du pavillon (RAYMOND); 7. 1835 « formule de politesse à la fin d'une lettre » (Ac.); 8. 1866 saluer le public (des acteurs) (BUSSY, Art dram., p. 344). Du lat. salutare « saluer quelqu'un », « aller présenter ses hommages, faire visite à ». Fréq. abs. littér.: 5 373. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 6 438, b) 10 747; XXe s.: a) 9 766, b) 5 721.
DÉR. 1. Saluade, subst. fém., vieilli. Salut avec révérence. Les premiers moments se passèrent en respects et en saluades du savant (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 173). []. Att. ds Ac. 1694-1878. 1re attest. 1571 (P. D'OUDEGHERST, Annales de Flandre, II, 620 ds GDF. Compl.); de saluer, suff. -ade. 2. Salueur, -euse, adj. et subst. [Pas d'empl. au fém.] (Celui) qui salue. Les deux adjoints rentrent dans la cour, Antonin Rabastens expansif et salueur, l'autre intimidé, presque farouche (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 30). À deux ou trois pauvres diables particulièrement salueurs, il donne, il laisse sa main sans s'arrêter, sans tourner la tête (MONTHERL., J. filles, 1936, p. 958). [], fém. [-ø:z]. 1re attest. 1558 (BONAVENTURE DES PÉRIERS, Nouvelles recreations, éd. K. Kasprzyk, p. 128); de saluer, suff. -eur2.
BBG.— BENVENISTE (E.). Les Verbes délocutifs. In: [Mél. Spitzer (L.)]. Berlin, 1958, pp. 61-63. — CORNULIER (B. de). La Notion de dér. délocutive. R. Ling. rom. 1976, t. 40, pp. 117-118. — MIGNOT (X.). Salutare en lat., saluer en fr. sont-ils bien des verbes délocutifs? B. Soc. Ling. 1981, t. 76, n ° 1, pp. 327-344. — QUEM. DDL t. 7 (s.v. salueur).

saluer [salɥe] v. tr.
ÉTYM. 1080; du lat. salutare « souhaiter la santé, la prospérité, le salut à (qqn) ».
1 Adresser, donner une marque extérieure de reconnaissance et de civilité, d'honneur, de respect à (qqn). Salut (→ Approcher, cit. 16; couper, cit. 31; dignité, cit. 13; gauche, cit. 13; quelquefois, cit. 1; raide, cit. 5). || Saluer qqn en se découvrant (cit. 31), en ôtant son chapeau, en s'inclinant. || Saluer une connaissance d'une inflexion, d'une inclinaison de la tête. || Saluer qqn de la voix, du geste (cit. 13). || Saluer gracieusement, poliment (cit. 2), profondément (→ Grand, cit. 47), respectueusement (→ Haie, cit. 7) qqn.(Sans compl. exprimé). || Saluer à la manière (cit. 24) arabe, orientale. || Saluer par une génuflexion, une révérence. aussi Prosterner (se). || Saluer un ami, une femme (→ Étudier, cit. 15; inclination, cit. 22). || Ne saluer personne (→ 1. Froid, cit. 18). || On ne le salue plus (→ Mufle, cit. 6). || Saluer qqn en le croisant, en l'abordant; en prenant congé de lui. || Saluer de la main un navire, ses passagers (→ Larguer, cit. 2).
1 Quand il fut salué par quelque journaliste ou par quelqu'un de ses anciens camarades, il répondit d'abord par une inclination de tête assez polie pour qu'il fût impossible de se fâcher (…)
Balzac, Splendeurs et Misères des courtisanes, Pl., t. V, p. 712.
2 N'importe qui, et n'importe où, il saluait. Pour un souffle de vent, il s'inclinait jusqu'à terre. Avoir un roseau dans la colonne vertébrale, quelle source de fortune !
Hugo, l'Homme qui rit, II, I, VII.
2.1 Parfois un homme d'une autre tribu s'approchait de la tente et saluait en tendant les deux mains ouvertes. Ils échangeaient à peine quelques mots, quelques noms.
J.-M. G. Le Clézio, Désert, p. 18.
Spécialt. || Acteur qui salue le public, qui revient en scène pour saluer, après un rappel.(1609). Faire le salut militaire à. || Soldat qui salue un officier (→ Démagogie, cit. 4).Absolt. || Alors, on ne salue plus ?
3 C'est une chose étonnante et qui délie l'humeur, lorsque l'on entend un officier qu'on ne connaît pas et qu'on salue répondre par un « Bonjour » tout à fait civil. Un homme se ferait tuer pour ces nuances-là.
Alain, Propos, 1er mars 1922, Hommes de la marine.
Loc. fig. et fam. Saluer les obus, les balles : courber la tête en entendant siffler les projectiles.(Même sens). || Saluer le Boche (G. de Pourtalès, la Pêche miraculeuse, p. 305).
Poét. || « Je te salue, ô Mort ! Libérateur (cit. 2) céleste ».Relig. || Je vous salue, Marie…, début d'une prière à la Vierge. Ave, salutation (angélique).N. m. || Dire deux « je vous salue ». — ☑ Hist. Salut, César, ceux qui vont mourir te saluent (lat. Ave Cæsar, morituri te salutant).
2 Visiter qqn. || « Les officiers de la garnison sont allés saluer le gouverneur » (Littré), lui rendre leurs devoirs, lui rendre une visite de politesse.Faire ses compliments, ses civilités par lettre. || Saluez Un tel de ma part. || J'ai bien l'honneur de vous saluer.
3 (1611). Manifester du respect, de la vénération à (qqch., un symbole…), par des gestes, des pratiques réglées. Hommage (rendre).Milit. || Saluer de l'épée, du drapeau… || Saluer le drapeau (→ 2. Général, cit. 8).Relig. || Le prêtre (cit. 1) salue le Saint-Sacrement d'une génuflexion, par une génuflexion.
Mar. || Navire qui en salue un autre, en abaissant et en rehissant le pavillon national (ou, dans certaines circonstances exceptionnelles et lorsqu'il s'agit d'un navire de guerre, en tirant un nombre déterminé de coups de canon). || « Il est d'usage que tous les navires de commerce saluent les navires de guerre en abaissant trois fois le pavillon national : le navire de guerre répond en abaissant une fois seulement le sien » (Gruss).
4 Fig. Accueillir (qqch., un événement) par des manifestations extérieures. || Saluer un nom d'une clameur.(Compl. n. de personne). || Saluer un acteur, une chanteuse par des applaudissements ( Applaudir), des lazzi, des sifflets.
4 Une telle clameur saluait leur apparition qu'ils en demeuraient suffoqués (…)
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, 6e tableau, III.
Poét. || Le hennissement des chevaux qui saluaient l'aurore (→ Fanfare, cit. 4).
5 Saluer qqn comme…, saluer en lui un, une… : honorer (qqn) en lui reconnaissant (tel titre d'estime, de respect, de gloire). || La foule qui l'acclamait saluait en lui le héros et le libérateur. || Je salue en lui notre maître (→ Ironie, cit. 1).(Au passif). || Être salué comme un précurseur. Honorer (A., 2.); → Ésotérique, cit. 2.Absolt. || Je crois qu'on peut saluer. || Messieurs, saluez !
——————
se saluer. v. pron.
(Récipr.). Se donner réciproquement le salut (→ Offense, cit. 5; retenir, cit. 6). || Ils se sont salués.Par ext. || Nous nous saluons, mais nous ne nous parlons pas (→ Parler, cit. 47).
DÉR. Saluable, saluade, salueur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать курсовую

Regardez d'autres dictionnaires:

  • saluer — Saluer. v. a. Donner à quelqu un une marque exterieure de civilité, en l abordant, ou en le rencontrant, ou en quelques autres occasions. Je l ay salué. je saluë tout le monde. les differentes nations ont des manieres de saluer differentes.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • saluer — aucun, Salutare, Persalutare, Salutationem facere, Salutem alicui dicere, Dare salutem, Ferre salutem alicui, Salutem impertire. Saluer, et se recommander à aucun par lettres, Salutem alicui scribere et ascribere, Nuntiare salutem. Saluer aucun… …   Thresor de la langue françoyse

  • SALUER — v. a. Donner à quelqu un une marque extérieure de civilité, de déférence ou de respect, en l abordant, en le rencontrant, ou en quelques autres occasions. Les manières de saluer sont différentes selon les différentes nations. En France et dans… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • saluer — (sa lu é), je saluais, nous saluions, vous saluiez ; que je salue, que nous saluions, que vous saluiez, v. a. 1°   Donner à quelqu un que l on aborde, que l on rencontre, etc. une marque extérieure de civilité, de respect. Saluer la compagnie.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SALUER — v. tr. Donner à quelqu’un une marque extérieure de civilité, de déférence ou de respect, en l’abordant, en le rencontrant, en le quittant. Les manières de saluer sont différentes selon les différentes nations. En France et dans presque toute… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • saluer — vt. ; (Saxel : ep. d un chien qui aboie pour montrer qu il reconnaît une personne) : SALU Â (Albanais.001b), salwâ (001a, Thônes), salou â (Saxel.002bB), saluyé (Arvillard.228, Chambéry.025b), salujé (025a) ; rényî (002aA, Bogève, Bonneville.043 …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • saluer — (v. 1) Présent : salue, salues, salue, saluons, saluez, saluent ; Futur : saluerai, salueras, saluera, saluerons, saluerez, salueront ; Passé : saluai, saluas, salua, saluâmes, saluâtes, saluèrent ; Imparfait : saluais, saluais, saluait, saluions …   French Morphology and Phonetics

  • Saluer la mémoire de quelqu'un — ● Saluer la mémoire de quelqu un rappeler les titres d un disparu à l estime, à l admiration d autrui …   Encyclopédie Universelle

  • s'entre-saluer — entre saluer (s ) (an tre sa lu é) v. réfl. Se saluer l un l autre. •   Ils s entre saluèrent en se baisant, SACI Bible, Tobie, IX, 18. HISTORIQUE    XVIe s. •   M. de Nevers mist pied à terre, et tous semblablement, pour s entre saluer et… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Austro-bavarois — Bavarois Pour les articles homonymes, voir Bavarois (homonymie). Austro bavarois Bairisch Österreichisch Parlée en Allemagne, Autriche, Italie, Suisse République tchèque, Hongrie Région …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”